منتدى علمي متميز يهتم بكل ما له علاقة بالسكان والديمغرافيا


    Migration clandestine internationale au Maroc: par Amar Kodade

    شاطر

    عمرو قضاض

    عدد المساهمات : 97
    تاريخ التسجيل : 19/04/2013
    العمر : 61
    الموقع : a.kodade@yahoo.com

    Migration clandestine internationale au Maroc: par Amar Kodade

    مُساهمة  عمرو قضاض في الأحد سبتمبر 15, 2013 8:30 am

    [[
    size=24]center]Les question de la migration, celles qui sont liées surtout au mouvement migratoire international en provenance des pays africains et qui s’acheminent vers les pays européens tout en faisant du Maroc une station d’arrêt temporaire ou même définitive, viennent de faire l’objet de préoccupations de haut niveau de la part du gouvernement marocain, du Conseil National des Droits de l’Homme au Maroc et de certaines associations qui cherchent à agir dans le cadre d’un partenariat national et international avec  les organismes  concernés. Certains discours présentent même le Maroc comme un pays d’accueil de la migration internationale et cherchent à examiner le problème d’un point de vue humaniste et juridique en faisant valoir les accords internationaux relatifs aux droits des immigrés.
    De fait le Maroc est traditionnellement un pays pourvoyeur de migrants vers l’étranger et n’a jamais été pour des raisons démographiques et économiques à la fois un pays récepteur. De plus la présence de communautés étrangères particulièrement européennes issues des pays avec lesquels le Maroc entretient des relations économiques étroites est justifiée surtout par le besoin en investisseurs qui accompagnent l’effort du développement du pays.
    C’est la migration clandestine vers l’Europe en provenance des pays africains notamment du Maroc qui pose actuellement le problème d’autant que les flux migratoires internationaux ont pris ces dernières décennies une ampleur sans précédent faisant du Maroc non seulement un pays de transit mais également un pays de séjour indéterminé de ces migrants.
    En commun avec les autres pays africains émetteurs de la migration clandestine l’économie marocaine reste caractérisée par des excédents de mains d’œuvre, une offre qui dépasse largement la demande sur le marché de l’emploi et des taux de chômage élevés. L’économie de ces pays est axée sur l’exportation des matières premières, de la main d’œuvre,  des produits agricoles et des cerveaux. Le manque de main d’œuvre qualifiée ressentie dans des secteurs de pointe comme l’aéronautique, la nouvelle construction automobile et même le bâtiment ne constituent pas des débouchés importants en termes de mains d’œuvre et sont en tout cas contradictoires avec la pléthore d’une main d’œuvre nombreuse et non qualifiée.
    Jusqu’à présent la Maroc  a adopté  avec les pays européens une approche sécuritaire des questions liées à la migration clandestine, sans résultats significatifs pour enrayer le phénomène. La migration clandestine internationale s’organise de manière complexe et bien qu’elle se traduise numériquement par des chiffres alarmants qui expriment la tendance actuelle elle est cependant encouragée par des réseaux de trafiquants et génère des profits importants pour ces derniers. La traite des noirs dans les temps passés et le trafic actuel des migrants se ressemblent, sauf que dans le premier cas la demande de la main d’œuvre était réelle et économiquement justifiée. C’est là me semble t-il un aspect important des droits de l’homme qu’il faut aborder et que des mesures pénales sévères doivent être prises contre ces trafiquants dont des hauts responsables aux postes frontières. Aussi une partie des effectifs des migrants clandestins  se donne à la contrebande et s’organise en réseaux hiérarchisés. La contrebande n’a rien à voir avec la mondialisation et certains produits de drogue et alimentaires sont dévastateurs  de la santé du consommateur et constituent de ce fait un danger publique.
    C’est dire que des politiques et des programmes doivent être élaborés pour répondre aux problèmes particuliers que pose l’évolution actuelle de la migration internationale en provenance des pays africains et transitant par le Maroc. Ces politiques et programmes ne sont pas par ailleurs dissociables des efforts entrepris en matière de développement en vue de réduire la fécondité, de stabiliser la population dans les zones rurales et mettre fin à la pauvreté rurale. Plus précisément la solution au problème de la migration clandestine internationale réside dans la capacité des pays émetteurs à contenir l’exode rural, à favoriser le développement rural, à décentraliser l’administration  territoriale et l’industrie, à construire de nouvelles villes, à développer des pôles de croissances et à réaménager les grandes villes. [/center] [/size]

    عمرو قضاض

    عدد المساهمات : 97
    تاريخ التسجيل : 19/04/2013
    العمر : 61
    الموقع : a.kodade@yahoo.com

    رد: Migration clandestine internationale au Maroc: par Amar Kodade

    مُساهمة  عمرو قضاض في الخميس أكتوبر 31, 2013 1:18 pm

    Au vue de certains commerçants immigrés subsahariens et suite à des
    investigations personnelles, au hasard des circomstances, il y a manifestemment nuance quand il s'agit de faire la distinction entre libre circulation des bien et contrebande. D'autant que la dimension culturelle de la migration continentale africaine n'est pas à sous estimer. A l'origine le nomadisme constituait bien chez les peuples et les tribus africaine un moyen disons économique pour la recheche du paturage , mais les attaches avec les trubus mères sont si fortes que qu'elle ne favorisaient en fait qu'une certaine expansion tribale et raremùment des passages frontaliers au sens ethnique ou social. Dans le prolongement de ces traditions l'on peut comprendre pourquoi les premiers émigrés vers les zones industrielles gardient leurs attaches avec leurs familles et leurs lieux d'origine La circulation des personnes africaines à l'intérieur du continent africain est un phénomène migratoire sociologique qui doit étre analysé par rapport aux cadres sociaux de références Considérés de ce point de vue les immigrés africains à l'intérieur de leur continent sont des agents culturels au service du développement de la liberté de circulation des biens et des personnes. Ceci dit il appartient aux gouvernement et à eux seuls de lutter contre lla contrebande et le trafic des produits illicites, sans amalgame avec les agents de la mondialisation africaine qui qui sont bien des personnes et des cultures de communication orales et personnelle et non abstraites
    ..

      الوقت/التاريخ الآن هو الجمعة ديسمبر 02, 2016 11:43 pm